• Post published:novembre 30, 2020
  • Reading time:2 mins read
  • Post category:À Ottawa

Le 30 novembre 2020

L’honorable Mélanie Joly
Ministre du Développement économique et des Langues officielles

Chambre des communes
Ottawa (Ontario)
Canada  K1A 0A6

Objet : Soins de longue durée au Nouveau-Brunswick

Madame la Ministre,

Le 15 octobre 2020, le Syndicat des infirmières et des infirmiers du Nouveau-Brunswick a publié un rapport intitulé « La génération oubliée : Appel urgent à entamer une réforme du secteur des soins de longue durée au Nouveau‑Brunswick ». Ce rapport met en évidence un grave problème quand il s’agit de prodiguer des soins aux personnes âgées dans leur langue officielle, en particulier si leur langue maternelle est le français.

La prestation de services dans leur propre langue est une question de bien-être, de sécurité, de respect et de dignité. Les personnes âgées ont consacré toute leur vie avec leur famille et dans un cadre de vie sociale où ils pouvaient parler leur langue maternelle. Les patients trouvent déstabilisant de ne pas comprendre ce qui se passe autour d’eux et sont plongés dans la détresse. La situation est d’autant plus préoccupante, car il y a de moins en moins de candidats au programme de sciences infirmières en français à l’Université de Moncton.

Depuis 2004, la province du Nouveau-Brunswick a pris acte de 16 rapports sur les personnes âgées et les soins de longue durée, puis elle a pris peu de mesures en ce sens. Or, le ministre Bruce Fitch mettait en doute certains énoncés du rapport et il a affirmé que ce n’était pas le bon moment pour instaurer des changements. Il est clair que le gouvernement fédéral doit prendre la situation en main. Par ailleurs, le rapport comporte des recommandations à l’intention du gouvernement fédéral, notamment sur la sécurité de la main-d’œuvre, les défis posés par l’évolution démographique, le financement nécessaire et la pénurie de main-d’œuvre.

J’espère que le gouvernement fédéral prendra les rênes du dossier et que les personnes âgées dans les unités de soins de longue durée pourront recevoir des services dans la langue officielle de leur choix et ne pas subir d’autre stress inutile.

Jenica Atwin 
Députée de Fredericton